Nicolas Sarkozy et la compétitivité

Nicolas Sarkozy disait en 2007 : « Je n’accepte pas l’idée d’une désindustrialisation inévitable (…) Je n’accepte pas l’idée d’une France sans usine » ( avril lors d’un discours à Rouen).

2012 après 5 ans de Nicolas Sarkozy :  près de 350.000 emplois industriels ont été détruits en France. Et les « délocalisations » au sens strict vers les pays à plus faibles coûts salariaux n’expliquent qu’entre 10 % et 20 % des pertes d’emplois industriels, selon un récent rapport de la Direction du Trésor. Le reste des emplois détruits chaque année tiennent à des causes d’affaiblissement structurel.
Face à cette situation, Nicolas Sarkozy a privilégié une stratégie de baisse du coût du travail et non d’innovation. Au final, l’industrie ne représente plus que 17% du PIB, contre 26% pour l’Allemagne et le déficit commercial enchaîne les records : à 28,2 milliards d’euros en 2007, il a atteint les 69,6 milliards d’euros en 2011, contre un excédent de 158 milliards d’euros chez nos partenaires allemands.

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *