Sarkozy et les promesses aux SDF

Sarkozy à propos des  SDF, avait promis en 2007:

« Je veux, si je suis élu président de la République, que d’ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. Parce que le droit à l’hébergement, je vais vous le dire, c’est une obligation humaine. Mes chers amis, comprenez-le bien : si on n’est plus choqué quand quelqu’un n’a plus de toit lorsqu’il fait froid et qu’il est obligé de dormir dehors, c’est tout l’équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix qui s’en trouvera remise en cause. »



Sarkozy et ses promesses aux enseignants

Nicolas Sarkozy en 2007: « Je m’engage si je suis élu Président de la République à donner aux enseignants de France la considération qui leur est due, à revaloriser leur carrière si dévalorisée depuis un quart de siècle »
« Je souhaite qu’une allocation familiale soit versée dès le 1er enfant parce que le premier enfant représente une charge lourde pour les jeunes couples qui sont au début de leur carrière professionnelle« .

Paroles de Français sur TF1 promesses non tenues de Sarkozy

En janvier 2010, TF1 montait l’ émission « Paroles de français » pour que Nicolas Sarkozy « dialogue » avec des français comme les autres.

TF1 avait sélectionnés:  Elodie, la blonde auto-entrepreneuse, et Nathalie, la jeune chômeuse, Jean-Georges, le retraité landais, et Jimmy le patron de Douai, Samir, prof en lycée pro, Bernadette, mère de famille en galère, Pierre, ouvrier en colère, et puis Martine, l’infirmière, Sophie, la laitière.

Ils avaient vaincu leur trac, le froid du plateau de Jean-Pierre Pernaut (le chauffage avait été coupé pour éviter toute suée présidentielle), et parlé. De la précarité, du chômage, des problèmes de logement, d’éducation, de santé. Sur le moment, ils étaient contents, pas seulement parce que TF1 les avait traités comme des princes, avec taxi à la descente du train, bel hôtel, visite de la chaîne, distribution de coffrets vidéo, open bar avant l’antenne et buffet à volonté après.

Bon sang, c’était la première fois qu’ils voyaient de près un chef d’Etat. Et celui-là leur avait paru gentil, attentif et sincère. Il notait tout, connaissait des tas de chiffres par coeur. Il avait un petit mot pour chacun, « menuisier, l’un des plus beaux métiers du monde », avait-il dit à Jean-Georges, et, à Nathalie : « Le marketing, ça a de l’avenir. » Il promettait que, cette année, le chômage baisserait, que le pouvoir d’achat augmenterait, et qu’il se rapprocherait dès le lendemain de l’employeur de Bernadette pour qu’elle obtienne des heures supplémentaires. Il voulait aller partout, dans le Tarn, chez Sophie, apprendre à traire les vaches -« Je serai très heureux de venir dans votre exploitation si vous m’y invitez. »-, et aussi dans le service d’urgences de Martine, où l’on soigne les malades dans les couloirs. « Si vous voulez que je vienne visiter votre hôpital d’Argenteuil… je vous le promets. »

Le président n’est venu nulle part. L’infirmière préfère en rire: « Il est gonflé, quand même. Pourquoi faire des promesses devant des millions de Français si on ne les tient pas ? » Sophie, l’agricultrice, qui peine toujours à faire vivre sa famille, est plus amère : « Il nous a pris pour des bleus. C’était une simple opération de com. »Parfois les anciens regardent la photo dédicacée d’eux avec Sarko prise en haut de la tour TF1. Il reste des regrets, beaucoup d’amertume.

–> http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110210.OBS7804/sarkozy-a-la-tele-promesses-non-tenues.html